Patrimoine naturel

Bien que l’homme en occupe les berges, la Loire reste sauvage. De nombreuses zones sont protégées, favorisant la biodiversité et laissant le fleuve y respirer au rythme de ses crues. Ne pas avoir réussi à canaliser la Loire c’est avoir préservé les forêts alluviales et les espaces de nidifications des oiseaux migrateurs qui apprécient les bancs de sables du fleuve. Différentes associations et scientifiques ont apporté leur concours pour nous montrer les balbuzards pêcheurs et les castors, deux animaux devenus les symboles d’une Loire sauvage. Mais bien plus encore, ils nous ont fait découvrir ce que peu de gens voient. Du plancton à la géologie, ils nous ont permis d’apprécier cet écosystème dans toute sa diversité.

Photographie Francis Azevedo, studio Hans Lucas

Nos partenaires

La maison de la Loire et du Cher de St Dyé sur Loireles animateurs nature nous ont emmenés à la découverte des castors ayant érigé leur habitat dans les environs de St Dyé sur Loire.

La maison de Loire du Loiret : dans les environs de Jargeau, nous avons découvert les nombreuses espèces d’oiseau locales, avec un intérêt particulier pour les balbuzards pêcheurs.

La maison de Loire d’Indre et Loire : à Montlouis sur Loire nous avons plongé dans la vie microscopique pour rencontrer le plancton dans l’eau douce.

La confluence de la Loire et du Cher : à Candes Saint-Martin, nous avons remonté le temps en compagnie de Jean-Jacques Macaire, professeur honoraire de géologie de l’université de Tours, en nous intéressant à la géologie spécifique de ce site.